CHU TEH-CHUN
Biographie   Bibliographie   Expositions   Collections
 

 

   
 

Chu Teh-Chun  

 

朱德群

   
 

© Chu Teh-Chun et Feng Xiao-Min

 

Chu Teh-Chun et Feng Xiao-Min

 

Chine

 

朱德群  pinyin  Zhu Dequn

 

1920  Chu Teh-Chun  naît le 24 octobre, dans une famille aisée, à Baitou Zhen,

 

province de l'Anhui, en Chine.

 

Il est le cadet d'une famille de trois fils. Son père et son grand-père sont médecins et collectionnent tous deux,

 

des calligraphies et peintures traditionnelles chinoises.

   
 

1930   Il entre à l'École primaire de Xiaoxian, puis au lycée de Xuzhou et est diplômé au lycée de Haizhou.

   
 

1935   Il entre à l'École des Beaux-Arts de Hangzhou, dirigée par Lin Fengmian. Il y apprend la peinture occidentale.

   
 

1941   Diplômé, il se retrouve assistant dans sa propre école.

   
 

1944   Il est titularisé professeur à l'université de Nanjing, repliée pendant la guerre à Chongqing.

   
 

1947   Son retour à tavers les gorges du Yantze Jiang, aux paysages magnifiques l'incite à étudier
le rapport entre la peinture et la nature, à l'exemple des maîtres Tang et Song.  

   
 

1948   Il retourne au pays natal, voir sa mère. Là, il se marie avec Liu Han.

   
 

1949   Naissance de leur fille : Kate

 

Ils partent s'installer à Taipei et l'année suivante il enseigne à l'École d'Industrie ( section architecture ).

   
 

1951   Il est nommé professeur à l'université Normale Nationale ( section peinture occidentale )

 

Il tombe amoureux d'une de ses étudiantes : Tung Ching-Chao.

   
 

1953  Lors de sa première exposition individuelle à Taipei, il expose pusieurs paysages peints pendant

 

un long séjour dans les montagnes d' Ali Shan.

 

France

 

1955    Il part pour Paris avec Tung Ching-Chao. Dès son arrivée, il visite le Louvre et s'inscrit à la Grande Chaumière.

   
 

1956   Il peut enfin voir les oeuvres de Nicolas de Staël, lors de la rétrospective au Musée d'Art Moderne de Paris.Cela l'amène à réfléchir à la non figuration.
S'il obtient la médaille d'argent au Salon des Artistes Français, avec un portrait de Ching-Chao, il présente au Salon des Comparaisons, une oeuvre abstraite : un paysage.

Il fait la connaissance de celui qui deviendra son meilleur ami, le sculpteur Albert Féraud.
L Paris, Pittsburgh, Jérusalem, Athènes...

   
 

1958  Première exposition à Paris, Galerie des Hauts-Pavés où il vend plusieurs de ses oeuvres.

   
 

1960  Il signe avec la Halerie Legendre un contrat d'une exclusivité de six ans, et rencontre les artistes Arnal,

 

Corneille, Revel, Sugaï.

   
 

1961  Naissance de son fils Yi-Hwa.

 

Il prnd part à l'exposition  l'Ecole de Paris 1960, in Galerie Charpentier.

 

Dès lors, les succès s'enchaînent à Paris, Pittsburgh, Jérusalem, Athènes...

   
 

1968  Naissance de son fils Yvon

   
 

1969  Il participe à la Biennale de Sao Paulo où une salle entière lui est consacrée.

   
 

1976   Il pratique à nouveau la calligraphie.

   
 

1979  La première monographie sur son oeuvre, écrite par Hubert Juin est publiée par le Musée de Poche, Paris.

  Il acquiert la nationalité française.
   
 

1982 Une grande exposition de dessins et peintures depuis 1955 est organisée au Musée André Malraux du Havre.

 

Ses oeuvres sont aux côtés des sculptures de Thibaud et Féraud à l'Orangerie de Bagatelle à Paris.

   
 

Asie

 

1983   Il siège au jury des examens de l'Université chinoise de Hong Kong. La même année, invité par l'union des Artistes de Chine, il se rend à Beijing; il en profite pour se rendre avec le peintre Kijno à Shanxi, les grottes

  Bouddhistes de Yun Gang, les sites funéraires de Xi'an et la forêt de stèles.
   
 

1987  1° exposition rétrospective au Musée National d'Histoire de Taipei.

   
 

1989  Exposition au Taiwan Museum où les cinquante artistes, à l'initiative de Chu Teh-Chun et de Gérard Xuriguera, font don de leurs oeuvres.

   
 

1990  Il déménage dans un grand studio à Vitry-Sur-Seine, idéal pour lesgrands formats, diptyques et triptyques.

  qu'il privilégie.
   
 

1994  Il expose à Singapour.

   
 

1997  L'exposition itinérante organisée par l'A.F.A. A. du Ministère des affaires étrangères, d'abord présentée  
au Palais des Beaux-Arts de Beijing, puis au Musée des Beaux-Arts de Hong Kong, puis au Musée des Beaux-Arts de Kaoshiung, pour se terminer à Taipei.

   
 

Les Honneurs

 

1997   Il est élu membre de l'Académie des Beaux-Arts de Paris, le 17.12, au fauteuil de Jacques Despierre.

   
 

1999  03.02 Réception sous la coupole de Chu Teh-Chun. Il a choisi les quatres jades qui ornent son épée d'académicien.

   
 
 

DIscours d'hommage à Chu Teh-Chun prononcé par Jean Cardot
à l'occasion de la réception sous la coupole, de Chu Teh-Chun, en remplacement de Jacques Despierre
le 03 Février 1999

 
   
 

2001  Il est promu Chevalier des Palmes académiques en juin. Le 14.07 il est nommé Chevalier de la Légion d'Honneur par le président de la République.

   
 

2003  27.03 Inauguration de symphonie Festive, tableau monumental de 7 mètres de long, commandé par l'opéra de Shanghai, pour le hall d'entrée après avoir été présenté au public parisien dans le foyer de l'Opéra Garnier.

   
 

2009   Il est frappé par un accident cérébral.

   
 

2014   Il décède le 25.03 à Paris, à l'âge de 93 ans.

 

 D. Sicard

.

Sources multiples : Comme toute synthèse, cette biographie n'existe que grâce à des travaux de spécialistes sur lesquels elle s'appuie et que l'on peut retrouver dans les ouvrages et catalogues répertoriés dans la bibliographie de ce site.

 

 

Opera Gallery  Geneva, Hong Kong                                                       www.operagallery.com

 
 

haut de page

  Il n'est nullement question ici de retracer la carrière de l'un des artistes les plus féconds du XXème siècle,
  d'autant que d'autres l'ont déjà fait et brillamment pour ne citer que Pierre Cabanne ( Chu Teh-Chun, Éditions
  Cercle d'Art, Paris 1993 ). Pour simplifier l'approche il est paru plus commode de procéder de manière analogique
 

car les oeuvres de Chu Teh-Chun semblent conjuguer les éléments naturels - air, eau, terre, feu - et déboucher

 

sur une sorte de naturalisme cosmique. Vision céleste, fiction terrestre expriment cette coexistence de l'être

 

avec l'univers où la touche cherche à débusquer le mystère de la vie et le trait à transmettre l'impétuosité de

  l'émotion avec pour but ultime de saisir l'insaisissable aux confins de la création. Cette invitation au voyage
  n'est pas terminée, le maître toujours assidu au travail prépare d'autres métamorphoses.
 

Il est vrai que la musique cosmique est infinie et Chu Teh-Chun l'un de ses virtuoses ...

  Jean-Paul Desroches
  Conservateur Général du Patrimoine
  Musée National des Arts asiatiques-Guimet
 

extrait de la préface du catalogue  Peintures Récentes  du 13.09 au 14.10 2006  Galerie Patrice Trigano  Paris

 

 

Contact  Reproduction interdite  ©  chinesenewart Paris   Mentions légales