Chinese artists by Michel Nau - Sanyu 常玉

 
 

 

 
 

 

 
 

Sanyu

 
 

常玉

 
     

 

© Sanyu 常玉 portrait - chiesenewart

 
biography  
works  
exhibitions  
links  
publications  
 
 

 

 
 
 
   
 

常玉  pinyin  Chang Yu  

1901

Sanyu was born on October 14 in Nanchong, Sichuan province, in China.
  He was the sixth of twelve children.
  His family was wealthy due to his older brother who owned a factory of silk weaving.
 

He learned calligraphy from Zao Xi ( 1877- 1938 ) and painting with his father, artist

  in animal painting.
   

1918

He spent two years in Japan with his younger brother, who was student in Tokyo.
 

He moved to Montparnasse and enrolled at the Académie de la Grande Chaumière.

   

1920

He get married on April 10 with a French woman, Charlotte Guyot de la Hardrouyère

 

met at the Grande Chaumière, which he divorced three years later.

   

1929

He started painting nudes.
   

1931

He met the collector Henri-Pierre Roché (1879-1959).

  This one bought 111 paintings and 600 drawings, allowing the artist to have a wealthy
  lifestyle.
   
  He exhibited regularly in different Salons in Paris :
 

Salon d'Automne, Salon des Indépendants, Salon des Tuileries.

   

1936

Ruined after the death of his older brother, with the family business in decline,  

 

and not selling his paintings, he invented the " Ping-Tennis " that he introduced

 

at Berlin Olympics without much success.

   

1948

He lived two years in New York with the photographer Robert Frank.

 

An exhibition was organized at the Passedoit Gallery, New York,

 

but none of the 29 paintings are sold.

   

1950

Back to Paris, he spent time with the artists :
 

Alberto Giacometti ( 1901- 1966 ), Philipe Hiquily ( 1925 - 2013 ), Jacques Monory ( 1924 - )   

 

and Marcel Van Thienenen, ( 1922 - 1998 ).

   

1963

The Minister of Education of Taiwan Huang Jilu, visiting Paris, proposed him to teach

 

at the National Normal School of Taiwan and to participate in a solo exhibition

 

at the National Museum of History in Taipei.

   

1964

He sent 42 paintings in Taiwan but he coud not leave ad his work remained at the Museum.
   

1966

He dead on August 12, and he is burried in cimetiery in Pantin.

   
   
 

Danièle Sicard


 
 

©  Sanyu

 
 
     
   


Solo exhibitions  
selection

 
       
    The Netherlands  

1930

 

J.H. de Bois Gallery

 

 

 

Haarlem

 

 

     

 

  The Netherlands  

1930

 

Kunstzaal Van Lier

 

 

  Amsterdam  

 

     

 

  The Netherlands  

1934

 

Kunstzaal Van Lier

 

 

  Amsterdam  

 

     

 

  France  

1963

 

Jean-Claude Riedel Gallery

 

 

  75006 Paris  
       
    Taiwan  

1992

10.04 30.04 Dimensions Art Center

Sanyu

    Taipei  

 

     

 

  United States  

1995

 

Passedoit Gallery

 
    New York  

 

     

 

  Taiwan  

1995

14.10 26.11

NatIional Museum of History

The Exhibition of Sanyu

 

  Taipei  

 

     

 

  Taiwan  

2001

 

NatIional Museum of History

In Search of a Homeland -

 

  Taipei

The Art of San Yu

 

     

 

  France  

2004

  Museum Guimet Sanyu, l'écriture du corps
    Paris  
       
    Taiwan  

2013

13.04 12.05

The Tina Ken Gallery Sanyu, a pioneering Avant-Garde,
    Taipei in Chinese Modernist Art

 

     

 

     

 

 


Collective exhibitions  
selection

 

 

     

1925

  Salon d' automne  

1928

     

1946

     
       

1930

  Salon desTuileries  

1932

     

1936

     

1947

     
       

1932

  Salon des Indépendants  

1938

     

1942

     

1943

     

1944

     

1945

     

1946

     

1948

     

1954

     

1955

     

1956

     
       


 
 

   
Galerie Olivier Vanuxem www.galerieoliviervanuxem.com

 


Books, catalogues, articles on Sanyu and his work could be alone  
the object of a publication. - selection.

       
   

常玉 : 常玉畫集

 

© Sanyu

 

The Art of Sanyu

National Museum
 

catalogue National Museum of History Taipei

of History
 

preface by Kuang-nan Huang, director

Taipei
 

in chinese, in english

1984
 

36,5 cm x 26,5 cm

 
 

132 p

 
 

isbn  957 00 6293 2

 
     
     
     
     
     
     
       
       
       
       
   

常玉

Jean-Claude Riedel 

©  Sanyu

 

Sanyu

Paris
 

préface  B. Nodé-Langlois

1992
  in french  
  31 cm x 20 cm  
  unpaginated  
  48 p  
     
     
     
     
       
       
       
       

©  Sanyu

 

The Johan Franco Collection of Works by Sanyu

Sotheby's
 

15.10 1995 Taipei

1995
 

catalogue Sotheby's

 
 

in chinese, in english

 
 

27 cm x 21 cm

 
     
     
 

 

 
     
     
       
       
       
       

©  Sanyu

 

Sanyu

Sotheby's
  Robert Frank's 1997
  19 October 1997 Taipei  
 

catalogue Sotheby's

 
     
     
     
     
     
     
       
       
       
   

 

 
   

常玉:油畫全集

Yageo Foundation

© Sanyu

 

Sanyu

Lin & Keng

  catalogue annotared oil paintings Art Publications
  text : Wong Rita

2001

  in french, in english, in chinese  
  30,5 cm x 25 cm  
  384 p  
  isbn  957 744 411 3  
     
     
     
     
     
       
       
   

Sanyu

Skira

© Sanyu

 

L'écriture du corps

2004

 

Language of the Body

 
 

Catalogue of the exhibition from16.03 to 13.09 2004

 
  Musée des Arts Asiatiques Guimet    
 

28 cm x 24 cm

 
  212 p  
 

isbn  88 8491 993 2 212

 
     
     
     
       
       
       
       
©  Sanyu  

Le Petit Journal du musée Guimet

2004

  n°367  
 

Sanyu

 
 

L'écriture du corps

 
 

exhibition from 16.03 to 13.09 2004

 
 

Musée des Arts Asiatiques  Guimet

 
 

29 cm x 20 cm

 
 

16 p

 
 

 

 
     
 

 

 
     
     
     
       
       
       
       
   

常玉:油畫全集

 

© Sanyu

 

Sanyu

The Li-Ching
 

catalogue annotared  oil paintings, volume II

Foundation
 

text :Rita Wong

2011
 

translation : Benoît Forgeot, Renee Yeh

 
 

in chinese, in english, in french

 
 

isbn  978 957 28540 2 0

 
 

          978 957 28540 3 7

 
 

         

 
     
     
     
       
       
       
       
       
       
       
© Sanyu


Cover and three engravings by Sanyu, for poems of T'ao Ch'ien Editions Lemarget Paris 1930

       
 
 

© Sanyu

 

Opinions d'un peintre chinois sur Picasso

Picasso est devenu très populaire mais on n'a rien compris à ses oeuvres. Pourtant on a beaucoup parlé et écrit
sur l'homme et sur l'oeuvre jusqu'à les rendre tout à fait obscurs, même rebutants.

Maisla peinture de Picasso n'est plus inexplicable. C'est même au fond une chose très simple.

La peinture contemporaine, comme l'ancienne a suivi l'évolution de la vie humaine en général, et réciproquement en même temps que la vie humaine compliquait, la peinture aussi est devenue de plus en plus compliquée et difficile à comprendre.

Tous ces temps-ci, le public a été très impatient de connaître la vraie signification
des peintures de Picasso. Quant aux critiques, la pluparet sont des écrivains et n'ont pas compris l'artiste, ils ont écrit en un style contourné, avec des mots obscurs et la peinture de Picasso est restée une énigme.

Quand je suis entré dans la salle des Picasso, il y avait tellement foule qu'on voyait plus les hommes que les toiles;

D'abord je remarque les visiteurs, leurs impressions : on rit, on fait des grimaces,
on regarde sérieusement, on frissonne.

Certains se demandent comment ces peintures si laides, si affreuses, peuvent être si connues dans le monde entier. -N'est-ce pas fou d'admirer pareille chose ?

- Mais peut-être n'est-ce là que le culte de la célébrité ?

Dans un coin de la salle, du tapage, des agents, discussion ou manifestation ? Il y a tellement de gens que je ne peux approcher.

Ces peintures de Picasso, quels formidables chefs-d'œuvre de notretemps. La puissance de ses toiles ouvre un espace incommensurable.

Et je m'imagine Picasso quand il fait jouer son pinceau sur la toile. Il me rappelle cette anecdote de Lao-Tseu :

Un tueur de bœufs dans son abattoir, chaque jour a tué des milliers de bêtes. On lui demande : «  Vous devez être tout sanglant pendant votre travail à l'abattoir ?

Et le tueur répondit : «  Pas du tout, je ne sens pas les bêtes, je ne vois rien et mon couteau dans ma main je ne sens pas non plus. »

Chez Picasso, quelle audace aussi – Elle a a fait s 'évader notre époque de l'académique. C'est lui qui a abattu le conservatisme. C'est lui qui nous conduit sur un chemin nouveau.

Je contemple et contemple encore. Je suis complètement plongé dans la rêverie, halluciné par ces toiles. Ce n'est plus de la peinture mais quelque chose de colossal, de grandiose. C'est un serpent python long comme la grande muraille, un moustique grand comme les pyramides, un athlète qui saisit la montagne, un millier de lucioles dans
la nuit noire

A un moment, une dame près de moi fixe ses regards sur la toile de Picasso, ouvre ses grands yeux et murmure :
«  Est-il possible que le nez et les yeux se déplacent dans une figure humaine ?. »

Elle tourne la tête vers moi :

-  Monsieur est-ce possible ?
Non, Madame, ce que vous venez de dire est juste. Mais Picasso n'a pas donné de titre
à sa toile. Il n'a pas dit : « C'est le portrait deMme la Comtesse X..., ni non plus que c'était une femme de notre race actuelle.

L'artiste crée la forme humaine, c'est comme le Dieu. Il crée le monde qu'il veut. Et autant vous vous étonnez du dessin de Picasso, autant vous devez vous étonner du nez au-milieu de la figure et des yeux au-dessus du nez.

-  Tout de même le Dieu qui crée notre forme l'a créée belle et non laide.
-  Madame, pour la beauté il n'y a rien de fixé par une loi. C'est une question d'habitude pour nous. Si par exemple vous étiez chez des sauvages en Afrique, votre vêtement et votre beauté seraient, aux yeux des nègres, comme
aux vôtres les toiles de Picasso.

Ce n'est pas que vous êtes laide, mais votre beauté ne leur est pas à eux mêmes habituelle.
-  Je trouve que la peinture ancienne avait beaucoup plus de valeur qu'à présent, par exemple la peinture
de Rembrandt !
-  Ce que vous venez de dire est très juste. Mais si Rembrandt vivait à notre époque, je suis certain qu'il ne ferait pas la même peinture qu'autrefois. La peinture doit avancer. C'est comme la mode. Si vous alliez, madame, chez un couturier, je suis certain que vous ne commanderiez pas une robe de l'époque de Rembrandt. La déformation dans la peinture de Picasso, c'est simplement un premier pas. Notre race est trop vieille, notre corps trop fragile, notre vie trop courte.
Nous devons trouver un nouveau Dieu.
Il nous donnera une jeunesse éternelle et la puissance...

Nous pourrons vivre dans l'air ou dans l'eau. Le ciel c'est nous qui le dirigerons. Si nous voulons la pluie,
nous ouvrirons un robinet, si nous voulons du soleil, nous tournerons un bouton comme nous tournons une clef
de chauffage. Nous irons en Asie comme nous allons à Versailles, nous ferons un weekend-end dans la lune.
On fabriquera la forme humaine exactement comme on la voudra,soit quatre yeux, deux en avant, deux en arrière,
ou quatre bras ou quatre jambes. Quant à la grandeur, on pourra faire des homes grands comme King Kong.

Aux yeux de cette époque, peut-être Picasso paraîtra timide.

Souvenez-vous : à l'apparition du chemin de fer, on était effrayé par ce phénomène nouveau, on pensait devoir bâtir des remparts le long des voies ferrées pour protéger de la folie les habitants riverains ! On craignait dans les tunnels sans air que les voyageurs meurent étouffés !

Mais ne craignez rien, Picasso n'est pas un danger public. N'élevons pas de remparts autour de Picasso.
San-Yu

Le Parisien Libéré 19.01 1945

 

©  Sanyu , peintre chinois de Montparnasse - Le Parisien Libéré 25.12 1946 - Pierre Joffroy

Le Parisien Libéré 25.12 1946

 
 

© Jean-Claude Riedel with Michel Nau

Jean-Claude Riedel with Michel Nau


Contact   All rights reseved ©  chinesenewart Paris   Legal notices